Ce blog est en sommeil

18 janvier 2012

Vous trouverez des nouvelles de mon travail de député fédéral sur le blog Les couloirs du parlement.

Au plaisir de vous y retrouvez.

Évidemment, les politiques ne sont pas particulièrement en état de grâce aujourd’hui. Les citoyens sont en colère. Ils ne comprennent pas la chute du Gouvernement sur des questions communautaires. Ils n’attendent plus de solutions aux problèmes qu’ils vivent ou qui minent notre société. Ils sont sans doute plus nombreux que d’habitude à nous dire qu’ils n’iront pas voter le dimanche 13 juin. Il faut pourtant faire entendre sa voix. Déjà, c’est plus difficile de se plaindre après si on n’a pas donné son avis avant. C’est ce que nous disent de nombreux autres citoyens également rencontrés au gré de la campagne. Et qui comptent bien, eux, utiliser leur droit de vote.Car c’est vrai que le résultat des élections pèsera d’une manière ou d’une autre sur l’avenir de notre pays et sur notre vie de tous les jours.

Le projet de société défendu par les formations politiques qui se présentent au scrutin se distinguent fortement. Ne fût-ce que pour ce qui concerne le développement des énergies renouvelables, l’offre de trains, la lutte contre la fraude fiscale, le rôle des services publics, la résolution des conflits communautaires et une plus grande équité des Belges devant l’impôt. ça vaut la peine de s’informer et de voter en connaissance de cause. En tant que nouveau parlementaire, j’ai vu qu’il était possible de faire avancer les choses, de forcer le gouvernement à avancer sur des dossiers, comme celui du financement des services d’incendie par exemple. Un parlementaire qui travaille à temps plein pour sa fonction peut avoir une influence sur le contenu des lois qui sont votées. Il ne faudrait pas l’oublier prochain. Le plaidoyer de Jean-Claude Defossé ci-dessous pourrait vous convaincre avec d’autres mots.  Le 13 juin, sortez de chez vous et allez voter !

Montée de la citadelle de Namur

Ce mardi matin à Ath comme partout ailleurs il pleuvait comme vache qui pisse. C’était pourtant le jour choisi par Fedemot, la fédération des motards, pour organiser sa balade à moto des élus. J’ai donc chaussé mes Caterpillar, enfilé un vieux jean et revêtu un blouson noir élimé, direction Namur. Sur place, une bonne quinzaine d’élus des divers niveaux de pouvoir avaient répondu à l’appel (dont les Ministres Laruelle et Lutgen). Seul le PS brillait par son absence.

PS (encore) : Ne nous cherchez pas dans le JT de la RTBF de ce mardi à 13h00. Ce qu’il reste de service public a choisi d’ignorer superbement les écologistes pourtant représentés par Georges Gilkinet, Patrick Dupriez et moi-même.

Après les quelques instructions de prudence, chacun a été dirigé vers sa moto et son conducteur. J’ai hérité du numéro 6, une Yamaha de 350 kilos dont j’ai oublié les autres caractéristiques (4 cylindres, quand même), conduite par Gaston, ancien motard de la gendarmerie et vice-président de la Fedemot. Read the rest of this entry »

Sarah Turine applaudie par la salle après son discours de clôture

Un congrès comme je les aime. Malgré le beau temps, la salle de la Géode à Charleroi était remplie ce dimanche 23 mai pour le premier événement de campagne axé sur nos priorités socioéconomiques. Des interventions de qualité, la participation d’acteurs de terrain et un timing dynamique ont boosté les militants si c’était encore nécessaire !

La crise économique et financière, la menace de l’austérité, l’emploi,… autant de thèmes qui préoccupent les citoyens, au-delà des questions communautaires. Autant de défis socioéconomiques pour l’avenir auxquels Ecolo apporte une réponse intégrant les dimensions sociale, environnementale et éthique. Le congrès a été l’occasion de faire le point sur les solutions politiques d’Ecolo propose pour réussir une transition écologique de l’économie et soutenir l’emploi. Au carrefour de toutes les crises, il serait trop facile de proposer un peu plus de la même chose pour s’en sortir. Il faut des mesures nouvelles, radicales et originales pour retrouver le chemin de la prospérité. Une prospérité nouvelle et mieux partagée. Et pas uniquement basée sur le sacrosaint indicateur du Produit Intérieur Brut (PIB). C’était le message que nous voulions faire passer dimanche.

Face à la crise financière, Jacky Morael, tête de liste au Sénat, a rappelé nos propositions pour mettre fin aux spéculations qui menacent les Etats, l’agriculture et l’équilibre de nos sociétés. Il a revalorisé aussi le principe de la fiscalité. Ecolo veut mettre fin aux déséquilibres en la matière. En écho, Guy Fays, secrétaire général de la FGTB Namur a rappelé que les bénéfices de Suez-Electrabel-Tractebel se montent bon an mal an à 6 milliards d’Euro sur lesquels le groupe ne paie que 756.000 euros d’impôts. Un taux particulièrement avantageux mis en exergue par Trends.

Read the rest of this entry »

Le Conseil d’administration de la SNCB n’a pas accepté les mesures d’économie proposées par le management. La mobilisation a payé. Pour rappel, Ecolo a été le premier à exprimer son opposition et son mécontentement hier à l’annonce de ces mesures. Rien n’est réglé pour autant. Pas de solution trouvée à la situation financière désastreuse. Mais voilà un beau sujet de campagne. Et un bel enjeu pour pour le prochaine équipe gouvernementale. Pour un rail belge à la hauteur des défis écologiques du 21ème siècle.

Où va le rail belge?

Suppression de trains, diminution du service à la clientèle, fermeture de guichets, pression accrue sur le personnel, etc. : l’annonce des pistes d’économie étudiées par la SNCB résonne comme un véritable coup de tonnerre pour les voyageurs et les cheminots, déjà confrontés à une situation difficile. Pour le détail des mesures, voir notamment l’article sur le site de la RTBF qui annonçait l’information en primeur hier soir.

Si l’annonce de ces mesures fait grand bruit, on pouvait néanmoins s’attendre à ce qu’elles sortent un jour. On sait que la situation financière de la SNCB ne fait que se dégrader depuis 2008. Un premier coup de semonce avait déjà été tiré dès le lendemain de l’adoption difficile du plan de filialisation de B-Cargo (le secteur marchandises) à la mi-décembre 2009. Les dirigeants de la SNCB Holding avaient alors prévenu par écrit la Ministre de tutelle que les objectifs du plan financier 2008-2012 ne pourraient pas être rencontrés.

J’avais interpellé Inge Vervotte à la Chambre le 1er février dernier (compte-rendu intégral de la commission en cliquant ici). Répondant à mes questions et à mes craintes sur la dégradation du service, la Ministre de tutelle s’était alors voulue rassurante. Extraits :

Ronny Balcaen : Madame la ministre, nous sommes devant la quadrature du cercle. Il faut améliorer la situation financière tout en respectant les objectifs de ponctualité que vous avez évoqués et qui demandent que des moyens budgétaires y soient affectés. Il y a la question de la survie des arrêts, des petites gares. On peut légitimement se poser la question de l’impact de cette situation financière et en l’absence d’une aide, de l’impact sur la qualité du service à long terme, qui pourrait être déplorable pour les navetteurs et les usagers du train mais aussi pour l’ensemble du groupe SNCB.

Inge Vervotte : Nous bloquerons évidemment les propositions visant à réaliser des économies en supprimant des services mais nous sommes convaincus qu’il est possible d’encore progresser en matière de synergie.

J’attends aujourd’hui de Madame Vervotte qu’elle tienne ses engagements. Il serait en particulier inacceptable qu’on laisse prendre des décisions d’une telle importance sous prétexte d’un gouvernement en affaires courantes. Read the rest of this entry »

une photo de campagne... sur fond bleu!

Qu’on en pense du bien ou du mal de ces élections, il faut y aller ! Et l’avantage d’élections anticipées, c’est une campagne courte et qui ira – je l’espère –  rapidement à l’essentiel : l’emploi, la crise financière et la spéculation, la politique budgétaire, l’environnement.

Après tout, autant rabattre les cartes après trois années d’un gouvernement immobile. Ecolo dans l’opposition a fait son travail, notamment en participant aux négociations communautaires.  Et en plaidant sans relâche pour la transition écologique de notre société. Je reviendrai jour après jour sur les priorités que nous défendons durant cette campagne.

C’est mercredi dernier que la liste Ecolo pour le Hainaut a été approuvée par une grande majorité des membres à La Louvière. Depuis, les choses se sont accélérées. Read the rest of this entry »

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.