« Elle était la princesse du peuple et c’est ainsi qu’elle restera dans nos coeurs et dans nos mémoires. » Avec cette formule prononcée quelques heures après le décès de Diana, Tony Blair, à peine désigné Premier Ministre de sa Majesté Elizabeth II, se met au diapason de la population et entraîne derrière lui une bonne partie de l’émotion (ou de l’hystérie…?) du peuple.

Pendant ce temps, the Queen se mure dans sa résidence de Balmoral et dans le silence, considérant le décès de Diana comme une affaire privée … Une attitude dénoncée violemment par les médias. C’est Blair, si l’on en croit le film de Stephen Frears consacré à l’affaire, qui finira par arracher à la Reine son retour à Londres, la mise en berne d’un drapeau au-dessus de Buckingam Palace et l’organisation de funérailles nationales.

Comme l’évoquent les commentateurs en fin de vidéo, le décès de Diana, c’est comme celui de JFK, on se souviendra toujours de ce qu’on faisait au moment où on a appris la nouvelle. Pour ma part, je prenais l’apéritif à la terrasse du centre de Borzée, le dimanche qui clotûrait cette année-là les Rencontres Ecologiques d’été. Et vous?

Publicités

Petite série d’été. Peiné par la vacuité d’une actualité politico-belge à peine habitée par le comportement puéril et immature des partenaires de l’orange bleue, j’inaugure ce soir un premier feuilleton. Ils/elles ont fait les beaux jours et les statistiques de fréquentation de ce blog depuis mars dernier. Que sont-elles/ils devenu(e)s?

L’utilisation du féminin dans le titre relève d’un pur parti pris positif envers le principe d’égalité des sexes et des genres, posture qui ne devrait toutefois pas influer sur le choix des sujets abordés, même si un post sur Joëlle Milquet n’est pas à écarter…

knut_a_grandi.jpg

Aujourd’hui : Knut! Qu’est-ce qu’il était mignon, notre petit ours polaire du zoo de Berlin, abandonné à la naissance par sa maman, arraché aux griffes des euthanasieurs , et finalement élevé par deux ou trois pères de substitution.

Suivant le mouvement général, Mon climat de campagne s’était laissé aller à l’époque et avait succombé au charme de l’ourson, devenu en quelques semaines symbole planétaire de la lutte contre le réchauffement climatique. Pour preuve, voir ici l’article du 8 avril dernier, où je ne cachais néanmoins pas mon pessimisme sur les bonnes intentions des responsables du zoo berlinois.

Exhalté aussi, Haribo, le confiseur allemand créateur en 1920 de l’ours d’or décline rapidement uneharibo.gif version blanche à l’image de Knut. Las, on vient de décider d’en cesser la production.

Car, aujourd’hui, Knut a 8 mois. Et le petit ourson est devenu un mâle de belle allure qui doit désormais se dispenser de toute sortie accompagnée de ses parents adoptifs. Trop risqué. Beaucoup moins cute… et plus du tout vendeur. Pour relancer l’intérêt du consommateur, on parle maintenant d’un projet de grande roue à l’entrée du zoo de Berlin érigée avec les bénéfices rapportés par le petit Knut.

Et la griffe de l’ours dans le combat contre les dérèglements climatiques? Pas grand’chose de ce côté malgré les promesses. A part un logo Respect des habitats-Knut qui aurait dû récompenser les initiatives en faveur de l’environnement mais dont on voit surtout que la licence a été vendue pour très cher à des firmes publiques et privées (Universal, entre autres…), Knut aura peut-être permis à l’Allemagne d’accroître son lobby pour accueillir l’une ou l’autre future grand’messe de la défense du climat.

franska.jpgBref, on a l’impression de s’être un peu fait roulé. A tel point qu’aujourd’hui certains craignent pour le bien-être de l’animal.

Sans doute pas aussi menacé que sa défunte tante Franska, malheureusement décédée la nuit dernière sur la RN21 à proximité de Lourdes (pas de miracle ici, même si c’est la thèse de l’accident qui est retenue par les enquêteurs malgré le climat très lourd qui entourait l’introduction de cette ourse slovène dans les Pyrénées françaises), Knut est aujourd’hui l’objet d’une pétitition réclamant un enclos plus large, son maintien au zoo de Berlin, la mise à disposition de quelques femelles et autres facilités…

Cette pétition, vous pouvez la signer en ligne ici, si vous aussi vous ne voulez pas que Knut devienne, après avoir été adulé par des millions de visiteurs, le symbole de la misère sociale, économique, affective et sexuelle, à l’image de ce que nous présente la vidéo prémonitoire ci-dessous. Ne vous emballez pas trop vite. La critique du bizness, c’est encore du bizness. Prochain article : Henri Simons.

poubelle.jpgMon climat de campagne vous donne à nouveau l’occasion de prendre connaissance dans les meilleurs délais de l’actualité politique. Voici donc la nouvelle version de la note du formateur distribuée hier aux négociateurs de l’orange bleue.  Ici, les quelque 200 pages de corrections et amendements au texte intial en néerlandais.

Leterme a bien travaillé et ses potentiels partenaires avec lui. C’est un véritable bordel. A l’image de la foire  quotidienne aux grilles de Val-Duchesse.

Mais bon, même en néerlandais, je suis sûr que vous serez en état intellectuel de comprendre….

Sinon ici la version française. 😉

Bonne lecture et bon courage à celles et ceux qui entameront une lecture comparée des deux versions.

Et n’hésitez pas à laisser vos réactions!