[moto : des élus en balade]

28 mai 2010

Montée de la citadelle de Namur

Ce mardi matin à Ath comme partout ailleurs il pleuvait comme vache qui pisse. C’était pourtant le jour choisi par Fedemot, la fédération des motards, pour organiser sa balade à moto des élus. J’ai donc chaussé mes Caterpillar, enfilé un vieux jean et revêtu un blouson noir élimé, direction Namur. Sur place, une bonne quinzaine d’élus des divers niveaux de pouvoir avaient répondu à l’appel (dont les Ministres Laruelle et Lutgen). Seul le PS brillait par son absence.

PS (encore) : Ne nous cherchez pas dans le JT de la RTBF de ce mardi à 13h00. Ce qu’il reste de service public a choisi d’ignorer superbement les écologistes pourtant représentés par Georges Gilkinet, Patrick Dupriez et moi-même.

Après les quelques instructions de prudence, chacun a été dirigé vers sa moto et son conducteur. J’ai hérité du numéro 6, une Yamaha de 350 kilos dont j’ai oublié les autres caractéristiques (4 cylindres, quand même), conduite par Gaston, ancien motard de la gendarmerie et vice-président de la Fedemot.

Il ne pleut plus. C’est parti pour 45 minutes de balade pour mieux comprendre le quotidien des motards dans la circulation et sur les routes wallonnes. Pour quelqu’un qui n’a fait qu’une seule fois de la moto  il y a plus de 20 ans – et encore c’était comme passager – les sensations sont au rendez-vous, au gré des accélérations de la machine, des freinages et des virages. Pourtant, on rejoint le centre de Namur sans trop de stress. Les choses se corsent un peu sur les pavés et les bosses qui nous mènent à la Citadelle. Descente prudente pour éviter les feuilles qui rendent la route glissante. Dans les virages, les glissières de sécurité ont été aménagées pour répondre aux demandes des motards. On rejoint l’autoroute pour une pointe de vitesse entre les voitures et les camions. Ça fait un peu peur. Mais la confiance est totale dans le conducteur. Ah, on vient de rater la sortie Champion, coincés par un poids lourd. Direction autoroute de Liège, on sort par la sortie de service et on rejoint notre point de départ, la régie autoroutière à Daussoulx.

Au final, une matinée originale qui aura permis de s’imprégner du vécu d’une catégorie d’usagers de la route. Important pour des personnes qui doivent aussi élaborer les lois en matière de sécurité routière. Chaque année les motards paient un lourd tribu à la route. Pour des raisons liées à l’infrastructure routière, mais aussi à cause du comportement des uns et des autres dans le trafic. L’occasion est donc bonne de revenir sur nos propositions en matière de sécurité routière. Pour Ecolo, le nombre de victimes de la route, bien qu’en légère baisse ces dernières années, reste beaucoup trop élevé. Des expériences menées à l’étranger en matière de contrôle de la vitesse et de l’alcoolémie, notamment, démontrent qu’il est possible de diminuer encore le nombre et la gravité des accidents pour atteindre, à relativement brève échéance, un objectif intermédiaire de maximum 500 tués par an sur la route, comme envisagé lors des derniers Etats généraux de la sécurité routière à l’échelle fédérale en 2007.

La politique fédérale en matière de sécurité routière doit mieux intégrer et concilier les points de vue des différentes catégories d’usagers concernés, ce qui nécessite la mise en œuvre d’un dialogue permanent avec leurs associations représentatives. C’est particulièrement vrai pour les professionnels de la route que sont les camionneurs, les autocaristes et les chauffeurs de bus et de taxis, mais aussi en ce qui concerne les cyclistes et utilisateurs de deux-roues motorisés (motos, cyclomoteurs, etc.), équipés ou non de side-cars, qui sont plus vulnérables. Dans la mesure où la sécurité de ces usagers dépend également de la qualité, de l’entretien et des équipements spécifiques (telles que glissières de sécurité adaptées aux deux-roues, signalisation, etc.) du réseau routier, qui relèvent de la compétence des Régions, et des programmes de prévention mis en œuvre dans les écoles, il importe également que l’Etat fédéral se concerte avec les autres entités fédérées sur ces matières. Pour la totalité du programme mobilité et transports, c’est ici.

Publicités

2 Réponses to “[moto : des élus en balade]”

  1. Luc Chomé Says:

    Merci Ronny d’avoir pris ce temps à moto !

    Après 3 ans de militantisme au GRACQ (j’ai co-fondé la locale de l’ULB), je suis devenu motard accro… Conversion bizarre, mais j’assume !

    L’avantage d’avoir été cycliste quotidien, automobiliste et motard, c’est que je comprends les contraintes de chacun. Ex: je sais maintenant à quel point c’est grave de ne pas utiliser son clignotant, car un motard qui ne sait pas qu’une voiture va tourner est en danger de mort. J’aimerais que cette infraction, comme d’autres, soit verbalisée autant que la vitesse.

    Bonne route !

  2. fabienne Says:

    je souligne ton courage car mardi je suis modestement sortie à vélo et c’est vrai qu’il n’y avait là nul agrément 🙂
    amitié


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :