[le 13 juin, faire entendre sa voix]

1 juin 2010

Évidemment, les politiques ne sont pas particulièrement en état de grâce aujourd’hui. Les citoyens sont en colère. Ils ne comprennent pas la chute du Gouvernement sur des questions communautaires. Ils n’attendent plus de solutions aux problèmes qu’ils vivent ou qui minent notre société. Ils sont sans doute plus nombreux que d’habitude à nous dire qu’ils n’iront pas voter le dimanche 13 juin. Il faut pourtant faire entendre sa voix. Déjà, c’est plus difficile de se plaindre après si on n’a pas donné son avis avant. C’est ce que nous disent de nombreux autres citoyens également rencontrés au gré de la campagne. Et qui comptent bien, eux, utiliser leur droit de vote.Car c’est vrai que le résultat des élections pèsera d’une manière ou d’une autre sur l’avenir de notre pays et sur notre vie de tous les jours.

Le projet de société défendu par les formations politiques qui se présentent au scrutin se distinguent fortement. Ne fût-ce que pour ce qui concerne le développement des énergies renouvelables, l’offre de trains, la lutte contre la fraude fiscale, le rôle des services publics, la résolution des conflits communautaires et une plus grande équité des Belges devant l’impôt. ça vaut la peine de s’informer et de voter en connaissance de cause. En tant que nouveau parlementaire, j’ai vu qu’il était possible de faire avancer les choses, de forcer le gouvernement à avancer sur des dossiers, comme celui du financement des services d’incendie par exemple. Un parlementaire qui travaille à temps plein pour sa fonction peut avoir une influence sur le contenu des lois qui sont votées. Il ne faudrait pas l’oublier prochain. Le plaidoyer de Jean-Claude Defossé ci-dessous pourrait vous convaincre avec d’autres mots.  Le 13 juin, sortez de chez vous et allez voter !

Publicités

4 Réponses to “[le 13 juin, faire entendre sa voix]”

  1. baptiste Says:

    Ronny, tu n’as plus blogué depuis longtemps !

  2. OLOCE Says:

    La « balcaenisation » de l’Écologie picarde poursuit son cours. À quand nos accords de Dayton ?

    Écologie picarde aussi, les luttes sont acerbes, et les corbeaux sur les branches de la Régionale d’Ath-Tournai-Mouscron, plus qu’ailleurs, « croatent » ! Le champ de bataille de plus en plus s’y apparente à un scénario de balcaenisation du paysage politique. Et, risquons la métaphore, dans le rôle de Sarajevo prise en tenaille entre les canons des crêtes de Pale et le Montenegro d’un Karadzic, Tournai continue à subir la loi implacable des apparatchiks locaux en jean et veston de tweed vert-chasseur, coincée qu’elle est depuis des années entre le torpillage systématique de nos amis Hurlus, les mesquineries de l’ineffable Alain Drumel de Bernissart et les manœuvres sournoises d’Ath, sous la houlette du Béria de l’Écologie hennuyère sanglé dans son élégante petite jaquette, Ronny Balcaen.

    Ronny qui mal y pense ! L’éviction d’une rare élégance de Jean Delier de la tête de liste aux futures Provinciales, ce lundi 16 janvier 2012, a des airs de déjà vu. Voici un an et demi, la charge avait été rude. Jacky Legrain n’avait-il été alors mis à pied de son mandat de permanent de la Régionale au terme d’une procédure aux allures de lynchage version sauce chlorophylle ? Le scénario là encore n’avait-il été orchestré de main de maître par l’ex-directeur de cabinet de la ministre Ecolo de la CF, Nicole Maréchal ? Et ses bras de leviers, les Jean-Philippe Papart (Comines), Alain Drumel, Luc Tiberghien (Mouscron), n’avaient-ils trouvé là une fois de plus l’occasion de tresser autour de la cité des Cheoncq Clotiers une superbe couronne d’aubépine ? Le feu bactérien couve sous la fumure !

    Sans doute, les apôtres en sandales sortis tout droit de l’arche de Nollet portent-ils la bure vert kaki, ou vert flashi pour les plus exaltés, leurs idées, peut-être, se brassent-elles avec ampleur comme se drapaient de blanc les vestales dans l’Antiquité, leurs dérives dogmatiques, la pseudo-candeur de leurs discours planétaires et les paravents de leur doxa chlorosée ne prennent pas moins, sous couvert d’adhésion à leurs imprécations doctrinaires, le goût des liqueurs âcres de l’opportunisme.

    Ronny qui mal y pense ! Voici que l’Écologie picarde vient de se réinventer le prosélytisme héroïque et pourfendeur des commissaires du peuple !

    OLOCE (ou les promesses d’un anagramme qui pourrait revêtir de ses trois syllabes une nouvelle liste à Tournai, Brunehaut, Antoing, Pecq, Ellezelles, etc. !)

    • ronny balcaen Says:

      Cher Anonyme (enfin, si peu anonyme…),

      Par souci de transparence, j’ai approuvé la mise en ligne de votre commentaire. Autant laisser au grand nombre le plaisir de sa lecture.

      Bien à vous

      rb

  3. Chloé Deltour Says:

    Pour les tenants de « l’écologie populaire » le post d’OLOCE est à y perdre son latin ! On se demande si c’est vraiment la démocratie interne à Ecolo qui importe ou la possibilité d’étaler sa connaissance de la langue française ?
    Car l’élégance de cette réunion réside moins dans l’éviction démocratique d’un candidat que dans le blocage d’une décision -par ce même candidat et par je suppose l’auteur du post. 2 personnes qui bloquent 70 autres, c’est tellement plus « correct » et plus « respectueux »? Et puis, écrire ECOLO à l’envers, c’est déjà un signe, non ? Faire les choses à l’inverse, non-démocratiquement, à quelques uns et avoir tout le loisir de critiquer les jaquettes, les sandales et la couleur des pulls des uns et des autres ! Non didju, tout un programme …


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :