Jeudi soir tard, nous avons pris la route pour Modène en Italie. Pour y assister à la première de Beards-I Deamonie, dans le cadre du festival d’art contemporain Vie de la Région d’Emilie-Romagne. Un spectacle de près de trois heures, en italien, inspiré de la légende de Barbe Bleue et créé à Modène au Téatro delle Passioni avant d’être présenté à Liège au Théâtre de la Place, à Bruxelles et Rennes très prochainement (avec Jean Fürst et Bénédicte Davin. Direction Stefan Oertli).

dsc00307.JPGCes deux journées à Modène auront été l’occasion par ailleurs de découvrir une ville très attirante. Pas forcément pour son vinaigre balsamique vendu parfois au prix du caviar, peut-être pas non plus pour Luciano Pavarotti, l’enfant du pays enterré il y a à peine quelques semaines.

Si Modène séduit, c’est parce que la ville offre un décor et une douceur de vivre incomparable. Ici, la qualité de vie et les questions de mobilité sont des priorités, ça ne fait aucun doute. Et ça se sent tout de suite. Modène est ainsi une des premières villes européennes à avoir développé un plan agenda 21 au début des années 90.

Pionnière dans le concept de la politique des temps de la ville, Modène a développé un Pacte où « la mobilité est envisagée comme un élément central de l’amélioration de la qualité de vie et est appréhendée comme un droit et non plus seulement comme une condition de l’accessibilité » pour reprende les termes de Jean-Yves Boulin.

Résultats les plus visibles pour le touriste : une ville accessible, sans pression automobile excessive, avec un centre-ville essentiellement résérvé aux cyclistes et piétons qui s’en donnent à coeur joie dans une joyeuse anarchie, des transports en commun très développés, des pistes cyclables particulièrement sécurisées, des parkings à vélos un peu partout, un système de location gratuite. Et donc un plaisir certain de déambuler en ville (merci à Olivier pour les photos prises vendredi après-midi à l’heure de la sieste…).

dsc00298.JPG

Modène a notamment parié sur le développement des véhicules électriques, à deux , trois ou quatre roues. Dès 2008, la ville participera à un projet-pilote européen qui permettra à ses habitants de tester des véhicules alimentés à l’électricité par une pile à combustible utilisant de l’hydrogène (projet Hychain). Read the rest of this entry »

Publicités