C’est Marcel Cheron (ECOLO), député et sénateur de communauté, qui effectuait ce jeudi le maintenant traditionnel pélerinage Bel-Rtl/Mint du petit matin. Après quelques minutes avec Kathryn Brahy avant 8h00, voici ses échanges amicaux avec Mathieu Col.

Vodpod videos no longer available.
Publicités

17h40 ce jeudi. La commission des Affaires générales du Parlement de la Communauté française vient de voter à l’unanimité des membres la proposition de motion relative à un conflit d’intérêts suscité par l’adoption hier à la Chambre des propositions de loi scindant l’arrondissement électoral de Bruxelles-Hal-Vilvorde.

Dans son intervention précédant le vote, Marcel Cheron, chef de groupe Ecolo à la Chambre a rappelé que face à la gravité de l’acte qui a été posé hier par les partis flamands, la procédure du conflit d’intérêts s’impose. Elle est prévue dans la loi et permet la protection de la minorité francophone de ce pays. Il ne s’agit pourtant pas d’une déclaration de guerre envers la Communauté flamande. Mais bien d’une manière de renouer le dialogue entre les Communautés.

Marcel Cheron a alors bien précisé qu’Ecolo votera cette motion. Il a néanmoins dit combien il s’interrogeait sur les événements qui se sont passés hier et qu’il espérait que certains n’avaient pas tenté de jouer avec les émotions de la population francophone. Il faisait ainsi allusion aux informations de plus en plus pressantes selon lequelles le scénario qui a abouti au vote hier en Commission de la Chambre des représentants faisait en fait l’objet d’un accord secret entre certains partenaires de l’Orange bleue.

La proposition de motion est en ligne ici. Elle sera approuvée demain par le Parlement de la Communauté française réuni en séance plénière dès 15h00.

Et pendant ce temps là, le prix du baril de pétrole continue d’augmenter…

Update 3. Vendredi vers 18h00. La motion vient d’être approuvée à l’unanimité des partis démocratiques en séance plénière du Parlement de la Communauté française. Avec deux heures de retard à cause d’un incident provoqué par le chef de groupe PS dont le discours excessif a provoqué la sortie du groupe MR de l’hémicylcle. Un spectacle désolant qui ne va pas grandir très fort l’image du politique. Je ne crois pas que je vais regarder les JT ce soir. Irai plutôt boire un verre. Restera l’attitude digne d’Anne-Marie Corbisier et de Marcel Cheron. On pourra lire l’intervention de ce dernier ici.

csa1.gif

Des rumeurs persistantes font état de la reprise en main du Conseil supérieur de l’Audiovisuel (CSA) par le Parti socialiste. La Libre Belgique avait avancé les premières informations à ce sujet : en gros, le Boulevard de l’Empereur veut virer l’actuelle présidente, pourtant étiquetée socialiste, mais jugée trop indépendante. Le nom de son successeur circule déjà : Marc Janssens, ancien porte-parole de Mr. Di Rupo.

En vue de conserver et d’accroître l’indépendance du CSA, Ecolo dépose donc aujourd’hui au Parlement de la Communauté française une proposition de décret modifiant le décret du 27 février 2003 sur la radiodiffusion. Le texte est ici.

La voie qui est suivie par Marcel Cheron, Josy Dubié et Yves Reinkin consiste à assurer la désignation des membres du bureau du CSA (présidence et vice-présidences) par lemarcel cheron Parlement de la Communauté française après appel public à candidature et recours à un jury extérieur pour la fonction de président.

Plusieurs arguments plaident résolument en faveur de la modification des dispositions du décret du 27 février 2003 sur la radiodiffusion.

L’indépendance par rapport au pouvoir politique est d’abord et avant tout une indépendance par rapport au pouvoir exécutif. Assurer la désignation des membres du bureau par le Parlement, c’est octroyer formellement au statut de l’instance de régulation une garantie de plus forte indépendance, d’autant plus lorsque les procédures de recrutement et de sélection sont rendues transparentes et objectives.

On remarquera d’ailleurs que le Parlement procède déjà à la désignation de la moitié des membres du Collège d’Autorisation et de Contrôle ; ou encore qu’il est aujourd’hui seul habilité à révoquer les membres du bureau ou les membres du Collège d’autorisation et contrôle. Les présentes dispositions visent donc à harmoniser les dispositions en donnant au Parlement une place plus importante dans le dispositif, au détriment du Gouvernement.

Dans les faits, il est vrai que l’indépendance résulte aussi de la qualité des membres et de la pratique de l’instance. Or, plusieurs éléments font craindre aujourd’hui que le renouvellement, par le Gouvernement, des membres du bureau désignés par l’arrêté du Gouvernement du 24 octobre 2002 n’aboutisse à la constitution d’un bureau moins indépendant du pouvoir politique, que ce soit par l’éviction de certaines personnes et/ou de certaines tendances idéologiques et philosophiques.

L’indépendance du CSA ne relève donc pas d’un pur questionnement théorique. Read the rest of this entry »