« Elle était la princesse du peuple et c’est ainsi qu’elle restera dans nos coeurs et dans nos mémoires. » Avec cette formule prononcée quelques heures après le décès de Diana, Tony Blair, à peine désigné Premier Ministre de sa Majesté Elizabeth II, se met au diapason de la population et entraîne derrière lui une bonne partie de l’émotion (ou de l’hystérie…?) du peuple.

Pendant ce temps, the Queen se mure dans sa résidence de Balmoral et dans le silence, considérant le décès de Diana comme une affaire privée … Une attitude dénoncée violemment par les médias. C’est Blair, si l’on en croit le film de Stephen Frears consacré à l’affaire, qui finira par arracher à la Reine son retour à Londres, la mise en berne d’un drapeau au-dessus de Buckingam Palace et l’organisation de funérailles nationales.

Comme l’évoquent les commentateurs en fin de vidéo, le décès de Diana, c’est comme celui de JFK, on se souviendra toujours de ce qu’on faisait au moment où on a appris la nouvelle. Pour ma part, je prenais l’apéritif à la terrasse du centre de Borzée, le dimanche qui clotûrait cette année-là les Rencontres Ecologiques d’été. Et vous?

Publicités